[Présidentielles 2017] Demandez le programme : la défense et la sécurité

Je me suis très peu exprimé durant toute la campagne présidentielle car j’ai décidé de prendre du champ sur la politique nationale concentrant toute mon énergie sur ma commune de Tallard et sur les questions intercommunales jusqu’à la naissance de l’agglomération Gap-Tallard-Durance.
J’ai, pour la première fois depuis que je suis élu, décidé de ne parrainer aucun candidat (tous plus décevants les uns que les autres) et, à moins d’une semaine du premier tour, la campagne semble ne toujours pas avoir commencé.
Le débat de fond a laissé place à l’émotion.
À l’ère du « Like » et du tweet en 140 caractères, je vous propose de prendre  le temps de nous pencher sur les propositions des candidats chaque jour jusqu’à vendredi. J’espère que cela vous aidera à choisir le Président pouvant répondre aux besoins de la France et des français.
Aujourd’hui deuxième grande question au coeur des sujets de préoccupation dans notre pays : la défense et la sécurité.
À gauche comme à droite, le sujet s’impose dans les programmes. Chaque candidat est bien conscient de l’urgence de donner aux forces de l’ordre des moyens supplémentaires mais les avis divergent sur la nature des renforts à apporter. Voici mon analyse des propositions des 5 principaux candidats.

Capture d_écran 2017-04-16 à 20.50.10

Emmanuel Macron souhaite avant tout consacrer des moyens humains supplémentaires pour la défense. Très concrètement, il propose le recrutement de 10 000 policiers et gendarmes. Il faut également, selon lui, « réinventer une police de proximité » et accorder aux policiers et gendarmes le pouvoir « d’interdire à une personne délinquante de fréquenter le quartier où elle a commis ses délits« . Pour lui, il est nécessaire de créer un état-major permanent des opérations de sécurité intérieure, de renseignement et de lutte contre le terrorisme. Les renseignements généraux doivent être rétablis.
Le Parti Socialiste avec Benoît Hamon suit la même ligne de conduite. Il souhaite rétablir une véritable police de proximité par le remplacement de tous les départs à la retraite et la création de 1000 postes par an, soit 5000 nouveaux postes sur le quinquennat dans la police et la gendarmerie. Il propose également d’expérimenter le récépissé de contrôle d’identité pour lutter contre les contrôles au faciès.
Jean-Luc Mélenchon souhaite prendre des mesures assez similaires, avec, notamment l’instauration du récépissé de contrôle d’identité pour interdire le contrôle au faciès. Restaurer une police de proximité est aussi l’une de ses priorités. S’il est élu, il envisage de recruter 10 000 agents dans la police et la gendarmerie afin de ramener les effectifs à leur niveau de 2007. Enfin, il veut créer un service citoyen obligatoire par conscription avant 25 ans, rémunéré au Smic, d’une durée totale de neuf mois, avec une formation militaire initiale. Il veut aussi sortir de l’OTAN !
Marine Le Pen  propose un réarmement massif de la France. Elle fait de la sécurité l’une de ses priorités de campagne et prône l’embauche de 15 000 policiers et gendarmes, de 50 000 militaires supplémentaires avec un budget de la défense porté à 3% du PIB. Elle souhaite également rétablir un service militaire obligatoire de trois mois minimum. Elle veut instaurer « la présomption de légitime défense » afin notamment de « mettre en place un plan de désarmement des banlieues concernées et de reprise en main par l’État des zones de non-droit« . La déchéance de la nationalité française « pour les binationaux jihadistes » et l’expulsion de tous les fichés « S » étrangers figurent également dans son programme.

La question des moyens humains à renforcer pour la sécurité n’est pas la seule réponse  pour François Fillon. Il prône  la mise en place de « moyens matériels et juridiques à la hauteur des défis« . Il souhaite la création d’un grand ministère de l’Intérieur rassemblant toutes les forces qui concourent à la sécurité. Il propose aussi que les polices municipales et la sécurité privée puissent « participer à la reconquête des territoires » : habilitation à procéder à des contrôles d’identité et à dresser des procès-verbaux hors du domaine de la circulation pour les policiers municipaux ; armement de la police municipale après formation, missions élargies de gardiennage pour les sociétés privées. S’appuyant sur la responsabilité des maires en la matière, il propose que ceux-ci, avec les services de l’État, bâtissent des « Plans Locaux de Sécurité » fixant des « objectifs annuels précis ». L’expulsion des étrangers terroristes, criminels ou délinquants après leur jugement définitif fait également partie de son programme. Il souhaite instaurer la déchéance de nationalité pour les Français partis faire le jihad.

Au final, l’extrême-droite est dans son obsession de recherche de boucs émissaires. Elle en a trouvé deux : l’Europe et l’étranger. Ses propositions sont dangereuses notamment pour la paix civile en France.

La gauche est dans le déni de l’ampleur de la souffrance au quotidien que fait subir la délinquance à nos concitoyens, notamment aux plus modestes d’entre eux.

Emmanuel Macron est dans les demi-mesures et dans la continuité de la politique actuelle de François Hollande.

Or, la situation de la France en matière de sécurité dans toutes ses dimensions (lutte contre le terrorisme, délinquance de la vie quotidienne…) exige une alternance forte.

Un seul candidat la propose, François Fillon.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s